MEDUNIL suspendu : Interview

En accord avec la direction de l’UNIL et la direction du CHUV, le Conseil d’Etat a suspendu le projet MEDUNIL. Les explications de Pierre-François Leyvraz, directeur du CHUV et Dominique Arlettaz, recteur de l’UNIL.

Pierre-François Leyvraz Directeur du CHUV et Dominique Arlettaz Recteur de l’UNIL (Felix Imhof © UNIL)

Suite à la procédure de consultation, le Conseil d’Etat suspend le projet MEDUNIL, qu’est-ce que cela signifie ?

Domique Arlettaz / Pierre-François Leyvraz : Le projet MEDUNIL voulait principalement renforcer la collaboration entre l’UNIL et le CHUV en construisant, pour le domaine de la biologie et de la médecine, une vision stratégique commune qui intégrait les missions d’enseignement, de recherche et de soins. Concrètement, le changement principal, qui était le fondement du projet MEDUNIL, était la mise en place d’une gouvernance commune du CHUV et de la FBM. La consultation a mis en évidence une adhésion de principe aux objectifs du projet, mais également des réticences à divers aspects, en particulier la crainte d’une trop forte concentration de la gouvernance et des difficultés identitaires. Le Conseil d’Etat a pris en compte ces réserves exprimées lors de la consultation par divers organes internes au CHUV et à l’UNIL et il estime qu’il n’est pas opportun de poursuivre le projet tel qu’envisagé viagra generic canada discount la collaboration actuelle entre l’UNIL et le CHUV fonctionne bien, à la satisfaction des deux institutions. Par conséquent, il renonce à ce stade à entamer un processus parlementaire pour modifier les lois sur l’Université et sur le CHUV.

 Le CE précise qu’il apprécie certains aspects du projet, quels sont-ils ?

Les objectifs du projet MEDUNIL restent et tout ce qui peut rapprocher l’UNIL et le CHUV ou développer la composante académique du CHUV est salué par le Conseil d’Etat. En particulier, il donne mandat au Conseil de direction UNIL-CHUV de faire des propositions concrètes d’attribution des titres et fonctions académiques pour les personnes actives en clinique, tout en restant dans le cadre légal actuel.

 Quel calendrier faut-il imaginer pour la poursuite des travaux ?

Le Conseil de direction UNIL-CHUV va présenter au Conseil d’Etat dans les meilleurs délais des propositions concernant l’attribution des titres académiques qui respectent le cadre légal actuel, mais qui impliquent probablement des modifications des règlements qui sont arrêtés par le Conseil d’Etat.

 Cette suspension a-t-elle une incidence sur les rapports CHUV-UNIL ?

Dans tout projet, il y a le résultat du projet mais aussi – et peut-être surtout – le processus pour y parvenir. Dans le cas de MEDUNIL, le processus d’élaboration du projet a été long, mais il a permis aux Directions des deux institutions de mieux se comprendre et de saisir les enjeux de chacune d’elles. Les relations entre l’UNIL et le CHUV se sont encore renforcées et la qualité de ces liens permet aujourd’hui au Conseil de direction UNIL-CHUV de fonctionner de manière efficace et pleinement satisfaisante.

 Quelles sont les conséquences de cette suspension pour l’UNIL ? Pour le CHUV ?

Pour l’UNIL et le CHUV, cette décision du Conseil d’Etat n’implique aucun changement par rapport à la situation actuelle. Les deux directions sont très attachées à conserver les relations de confiance qui les lient, et qui constituent la base du développement de la FBM ainsi que la garantie de la qualité académique du CHUV.